Pourquoi maintenant ?

Tout d’abord je tiens à vous souhaiter la bienvenue sur mon site web que j’ai créé de mes propres mains. Et je le dis avec un brin de fierté dans le clavier. Voyez-vous, je suis de ceux qui croient qu’on ne favorise pas l’argent au détriment du temps parce que de l’argent, on peut toujours en faire, alors qu’on ne peut pas « fabriquer » du temps. Tout le monde a 24 heures dans une journée, aucun passe-droit. S’il y a une justice dans ce monde, c’est bien celle-là.

Mais parfois, ça peut être plutôt intéressant de se lancer dans de nouveaux défis comme celui de bâtir soi-même son site web. Je peux donc fièrement annoncer que j’ai rayé le développement d’un site web de ma « bucket list ».

J’ai peu de mérite car j’ai fait ma carrière dans le milieu des technologies de l’information. C’était plus naturel pour moi que pour un autre qui n’évolue pas dans ce milieu-là. Mais je l’ai tout de même réalisé et ça, personne ne peut me l’enlever.

À part peut-être un habile hacker.

L’autre défi était de rendre mon site web bilingue. Comme je parle couramment français et anglais – et un peu l’espagnol – je devrais y arriver, mais si vous voyez des coquilles, n’hésitez pas à me les souligner.

Toutefois, écrire mes romans dans les deux langues, c’est une autre paire de manches. Mais je compte bien le faire. Je viens de la région de Montréal et d’une famille québécoise francophone – d’aucuns diraient Canadien français – j’ai donc acquis mes connaissances de la langue de Shakespeare au cours de ma carrière, en regardant la télévision anglophone et en lisant beaucoup dans cette langue. On verra ce que ça donne.

Je ne me présenterai pas parce que je le fais amplement dans la section « À propos de l’auteur », mais je vais tout de même profiter de cette occasion pour expliquer pourquoi, maintenant, je décide de me lancer plus sérieusement dans la littérature et ce, bien ancré dans la quarantaine !

J’ai toujours écrit du plus loin que je me souvienne. J’ai toujours aimé créer des histoires. J’adore écrire de la fiction, mais bizarrement j’en lis peu. La plupart du temps, je lis des essais, des biographies et toute autre œuvre qui n’est pas de la fiction.

Je suis toutefois un cinéphile et c’est surtout là que je consomme de la fiction en général. Cela dit, je m’intéresse de plus en plus à la fiction écrite et j’aime bien ça. J’avoue lire de la fiction beaucoup pour analyser les autres auteurs, découvrir de quelle façon ils ont intégré telle ou telle intrigue dans leur histoire, etc.

Mais je m’égare.

Je disais donc que j’écrivais depuis toujours. Cela dit, je n’ai jamais ressenti le besoin de me faire « publier ». Écrire me suffisait et me suffit toujours. Des proches m’ont souvent dit que je devrais envoyer mes écrits à des éditeurs, mais entre vous et moi ça me semblait beaucoup de travail pour peu de bénéfices. Je préférais mettre cette énergie pour atteindre mon objectif d’être un gestionnaire dans mon domaine et je peux affirmer avec une certaine fierté que c’est un fait accompli depuis 2010. 

J’ai ensuite travaillé à évoluer dans mon rôle au point où je considère maintenant faire ce que j’ai voulu faire. J’ai donc atteint mon objectif de carrière. Toute évolution vers un rôle plus important ne serait qu’un bonus.

Comme j’adore ce que je fais dans la vie, je ne voyais pas la nécessité de démarrer une seconde carrière. Même si, par le plus pur des hasards ou grâce à un peu de talent et beaucoup d’effort, j’allais devenir un auteur qui pouvait vivre de sa plume, je n’aurais pas lâché mon emploi. Vous allez me dire que les chances que je puisse vivre de ma plume sont tellement minces que je ne prenais pas un grand risque en publiant mes romans.

Vous avez raison, mais j’ai tendance à croire que si je travaille fort dans quelque chose, je vais réussir. Sinon à quoi bon s’y lancer ? Je trouvais le processus d’édition très long et ardu. Des mois à attendre une réponse d’un éditeur qui me ferait probablement retravailler mon texte des dizaines de fois pour au, final, vendre 500 copies ne me semblait pas tellement sexy.

Mais depuis quelques années, grâce à la technologie et l’effervescence des plateformes comme Kindle, Kobo, il est maintenant possible pour tous les auteurs de publier eux-mêmes leurs histoires et leurs oeuvres immédiatement après avoir achevé l’écriture et les révisions de leurs textes.

Comme je suis foncièrement impatient, ça me plaît comme formule. J’y vois un grand avantage et je suis maintenant prêt à présenter mes histoires – existantes et future – à un public qui, je l’espère, sera au rendez-vous.

Ce qui nous amène à vous et moi, ici, sur mon site web aujourd’hui. Pourquoi maintenant ?

Parce que je me lance un autre défi. Puisque j’ai atteint mon objectif de carrière principal, je suis curieux de voir où cette aventure littéraire peut m’amener. Je serais heureux que vous m’y accompagniez. Au mieux, j’aurai une seconde carrière et devrai faire éventuellement un choix déchirant concernant mon avenir. Sinon je continuerai ce passe-temps et échangerai avec quelques lecteurs qui, pour une raison qui leur est propre, aiment bien ce que j’écris.

Au plaisir d’échanger avec vous. N’hésitez pas à intervenir et discuter avec moi, ça me fera plaisir de vous connaître.

Pourquoi maintenant? 

Tweetez cet article

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}